jeudi 20 octobre 2016

LE LAC DE LA MAIX

Au cœur des Vosges, sur le territoire de la commune de Vexaincourt, situé dans le massif du Donon, existe un des derniers lacs naturels de formation glacière du massif vosgien, situé à 678 mètres d'altitude, il couvre une surface de 1,6 hectares avec une profondeur de 15 mètres.

Le lac de la Maix en été

À l'époque celtique, le site fut probablement un lieu de culte et de pèlerinage. En 1070 un ermitage y fut fondé. En 1508, on construisit une chapelle, dite chapelle de la mer. Un pèlerinage s'instaura alors. À la suite d'abus, il fut supprimé en 1758 et les bâtiments furent détruits. En 1865, une nouvelle chapelle fut édifiée à coté de l'ancienne crypte et le pèlerinage rétabli.

La chapelle reconstruite en 1865
L'ancienne crypte









On rapporte pour le lac de la Maix de nombreuses légendes, dont la plus connue est partagée par nombre d'autres lacs.
Le Diable Violoneux: Un jour de pèlerinage, un musicien inconnu serait venu pour faire danser les villageois au son de son violon. Ceux-ci dansèrent si bien qu'ils n'ont pas entendu la cloche les invitant à l'office, nul doute que cet étranger était le diable en personne. Le châtiment divin ne se fit pas attendre, la terre s'ouvrit sous les danseurs qui se noyèrent aussitôt dans le lac qui venait de se d'apparaître. Les villageois furent condamnés à y danser jusqu'au jugement dernier. On dit que certains soir on peut encore entendre le violoniste.

Chapelle derrière un tapis de pervenches
Le lac au mois de mai









Le Seigneur de la Maix: Une autre légende attribue l'origine du lac à un jeune page, amoureux de la châtelaine résident là ou il travaillait, il ne supportât pas qu'elle refuse ses avances. Dans un excès de rage, il tua la femme et prit la fuite pour devenir brigand craint de tous, sous le nom de seigneur de la Maix. Avec de nombreux hommes à ses ordres, il ne cessait de piller la vallée en guise de vengeance. Mais un soir, alors que les criminels festoyaient au château de leur seigneur, le vent soufflait fort et la pluie tombait violemment. Tout à coup, les portes s'ouvrirent à la volée, laissant entrer lynx et sangliers assoiffés de sang. Lorsque les animaux eurent raison des bandits, la terre trembla et le château sombra dans une faille de la montagne, laissant place au lac de la Maix.

Une des sources du lac
Petite île sur le lac

















Le Banc de la Vierge: Une autre légende circule, elle prit naissance après 1758, la chapelle vient d'être détruite, la vierge de la chapelle est volée par les habitants de Moussey, ne voyant plus sa chapelle et la croyant déplacée à Luvigny, elle décide de se diriger vers le village. Exténuée, mais décidée, elle traversa la forêt, à bout de force, elle s'assit sur une roche près du lac. C'est alors que la pierre se ramollit sous sa main, épousant la forme de ses doigts, qui restent aujourd'hui encore gravés dans la pierre. Dès lors prendre place sur cette roche soignerait de nombreuses maladies.

Le Banc de la Vierge
Accueil sur le site









Témoin du passé historique du site, près de la chapelle subsiste un sarcophage mérovingien ainsi que la crypte de la première chapelle.

Sarcophage mérovingien
Sarcophage












La crypte
Tombée du jour









Il existe de très beaux circuits pédestres à effectuer dans ces forêts riches de mystères et de légendes. Tout dans ces lieux concourt à enchanter les visiteurs.

Circuit pédestre
Abri forestier









Entrée de la chapelle
Intérieur de la chapelle

















Pierre dominant le lac
Magie du sous-bois









Le lac à la sortie de l'hiver
La magie des lieux
Sous le soleil

Pour les amoureux de randonnée, venez découvrir un joyau dans son écrin de verdure et imprégnez vous de la magie de l'endroit ainsi que de ses mille senteurs.

vendredi 14 octobre 2016

CHAUVIGNY

Quatrième agglomération de la Vienne, derrière Poitiers, Châtellerault et Loudun, Chauvigny est surtout connu grâce à son important patrimoine médiéval.

Chauvigny

Juchés sur un promontoire rocheux commandant les vallées de la Vienne et du Talbat, pas moins de cinq châteaux forment un ensemble fortifié de premier plan, peu commun en Europe.
Au cœur du centre historique, la collégiale Saint-Pierre, XIIe siècle, principale église de la ville, présente des sculptures caractéristiques de l'école poitevine, ainsi qu'un intérieur peint. 

Collégiale Saint-Pierre XIIe siècle
Chevet de la collégiale









Clocher de la collégiale
Collégiale Saint-Pierre

















Chapiteau collégiale
Chapiteau









Un peu à l'écart, l'église de Saint-Pierre-les-Églises, ancienne commune rattachée à Chauvigny, conserve des fresques antérieures à l'an mile. Située au bord d'une ancienne voie romaine qui allait de Poitiers à Bourges. On ne sait pas très bien comment ce site à évoluer jusqu'au Xe siècle, on a retrouvé des sépultures mérovingiennes (Ve au VIIIe siècle), et l'église par son plan, sa technique de construction et les fresques qui décorent l'abside, font penser à l'art carolingien (751 jusqu'au Xe siècle).

Saint-Pierre-les-Église 
Fresque crucifixion 782-984









Fresque Hérode 782-984
Fresque nativité 782-984









Centre économique situé au cœur du département, à peu de distance de Poitiers, Chauvigny concentre essentiellement des activités secondaires et tertiaires, commerce, BTP, tourisme, fabrication traditionnelle de porcelaine et extraction de pierre de taille.
La commune est traversée par 20 Km de cours d'eau avec comme rivière principale la Vienne, pour une longueur de 6 Km.
La voie ferrée qui transportait les pierres extraites dans les carrières de la commune a cessé de fonctionner dans les années 1970. Pour les voyageurs, les réseaux TER Poitou-Charentes et TER centre-Val de Loire possèdent toujours une ligne par autocar entre Poitiers et Châteauroux en passant Chauvigny et Le Blanc.

La Vienne à Chauvigny
Gare de Chauvigny









Au sud de la ville, la grotte de Jioux est un témoignage de l'occupation très anciennes des environs de Chauvigny, pendant le Néolithique, de 5000 à 2000 avant notre ère, des hommes ont vécu à l'emplacement de l'actuel donjon de Gouzon sur le plateau.
Pendant le Moyen-Âge, les hommes se sont implantés essentiellement sur l'éperon rocheux et le plateau qui dominent la vallée de la Vienne au nord. Une cité se développe à partir du XIe siècle, elle accueille 5 châteaux forts, château Baronnial ou des Évêques, château d'Harcourt, donjon de Gouzon, château de Montléon et tour de Flin, ainsi que la collégiale Saint-Pierre construite au cours du XIIe siècle. La cité est entourée de remparts  dont les accès sont protégés par des portes fortifiées.

La ville haute avec les châteaux et la collégiale Saint-Pierre
Château Baronnial
Château d'Harcourt









Vue générale de la ville haute
Toit et château depuis le donjon de Gouzon










L'église Notre-Dame a été construite au début du XIe siècle, par l'évêque de Poitiers, Isember 1er, seigneur de Chauvigny, elle a subit plusieurs restaurations au cours du XIXe siècle.

Église Notre-Dame
Église Notre-Dame











Il est bon de noter que sur le site du château Baronnial, du 2 avril au 2 octobre, les  touristes peuvent assister à un magnifique spectacle de rapaces et d'oiseaux exotiques en vol libre.

Les géants du ciel
Mais bien d'autres activités vous serons proposées, vélo-rail sur 17 Km de voie ferrée, visites guidées de la ville, hippisme, canoé-kayak, aéro-club, randonnée, piscine, tir à l'arc.
Pour vous accueillir, camping, auberge de jeunesse, hôtels ou chambres d'hôtes.

Musées
Mairie









Place du donjon








Panorama